2011 : l'année ou le petit Twitter avala le très gros Google !

2011 : l’année ou le petit Twitter avala le très gros Google !

…Ou comment grâce à ses petits gazouillis, Twitter a tranquillement grignoter le très gros gâteau des revenus publicitaires de Google…et des chaînes de télévision

Twitter vient tranquillement de fêter son cinquième anniversaire, en Mars de cette année, et a vu son nombre d’utilisateurs exploser ces trois dernières années. Chaque jour, c’est une moyenne de 500.000 nouveaux utilisateurs qui s’inscrivent à cet outil de réseau social de micro-blogging.

Twitter est fait pour les professionnels, et surtout pour le grand public

Twitter est avant tout un très bon utilitaire de partage d’informations et de veille; même si son utilisation est à ce jour essentiellement tournée vers les professionnels de l’internet, il n’en reste pas moins que son aspect divertissant est de plus en plus dominant : il suffit de constater l

e nombre de followers de Lady gaga qui s’élève à 10 millions , et de s’apercevoir que l’acteur

Charlie Sheen est entré dans le Guinness Record en Mars en étant la personne qui a atteint le nombre d’un million de followers le plus rapidement (moins de 25 heures)… de quoi faire pâlir d’envie les annonceurs publicitaires et les e-marketers comme nous.

Twitter peut s’avérer aussi distrayant et ludique que Facebook…voire plus : connectez-vous sur votre compte twitter et faites une recherche sur les mots clés d’une émission de variétés grand public tel que XFactor, et vous assisterez, passivement, au défilement massif de commentaires très souvent généralistes voire futiles….cela peut nous donner une idée de ce que pourrait être la télé connectée de demain : après la télé-réalité, l’internet-réalité, mais aussi à la clé une manne de revenus publicitaires potentiels à portée de clics des chaînes de télévision et de Twitter. Comme par hasard, le CSA vient d’interdire aux marques annoncant à la télévision de renvoyer les téléspectateurs sur leurs pages « twitter » et « facebook ».

Twitter est un formidable outil de ciblage affinitaire

 

Avec Facebook, nous sommes dans une relation de partage stable et durable (nous prenons plus de temps à consulter les publications sur nos murs, que sur la timeline de notre compte twitter), de plus dans ce partage, lorsqu’une personne a apprécié votre publication, « i like » est là pour vous le faire savoir. Nous pouvons qualifier cela de fidélisation. Sur twiter, cette relation de partage s’apparentera au re-tweet quasi instantané ou à l’étoile « favori », la re-connaissance semble être moins élevée sur Twitter, ce qui est logique car nous y recherchons avant tout de l’information et de la distraction. La relation est plus proche du zapping mais avec un point fidélisant plus fort : l’intérêt porté au sujet recherché; et là encore Twitter marque des points : les annonceurs pourront cibler leurs campagnes sponsorisés en fonction des recherches en temps réel…et localisées.

Twitter est en lien avec la réalité

Twitter semblerait avoir un ancrage plus fort avec la vie réelle : il suffit de constater les flux de tweets qui se sont transmis lors des révolutions dans les pays arabes, lors de la capture de Ben Laden, et encore plus récemmment lors de l’affaire DSK.Le sacro-saint journal de 20 heures des grandes chaînes de télévision et ses revenus pub associés au 20h30 ont du souci à se faire… là encore Twitter peut récupérer des revenus sponsorisés.

Mais, le tweet de 140 caractères peut être dangereux si l’on extrait quelques citations de leur contexte, et 140 caractères ne peuvent suffire à instaurer une relation durable sauf si le tweet à un prolongement sur un site, pour cela je citerai le très bon article sur le site du journal La tribune de Genève : « Les réseaux sociaux provoquent l’étincelle mais leur aspect réducteur empêche le feu de la pensée de se communiquer pour parvenir à dépasser l’état d’indignation; sauf s’ils permettent, par le jeu des liens hypertextes, l’accès à des documents plus substantiels ».

Twitter expérimente son modèle en 2011

L’année 2011 est pour Twitter, l’année des tests publicitaires avec les grands annonceurs, et déjà une offre de plate-forme pour les petits annonceurs est en préparation : une équipe de commerciaux est désormais en charge de l’offre « smaller advertisers ». En moins de trois mois, depuis avril, ce sont près de 600 « petits » annonceurs et 6000 campagnes qui ont été diffusées. Les prochaines années seront indéniablement les années de la course aux revenus publicitaires entre le trio Google, Facebook-Bing et Twitter. Le gâteau publicitaire de Google était trop beau pour ne pas susciter les convoitises de ces médias sociaux qui bénéficient d’un atout majeur : la connaissance de leurs utilisateurs. Mais Twitter peut-il faire cavalier seul longtemps ? pas sûr, une alliance avec un moteur de rechercher serait dans la logique de l’évolution du web…il suffit de consulter l’onglet « temps réel » sur Google.

 

Pour prolonger cette analyse, je vous invite à consulter le très bon billet de Christophe Ramel qui m’a inspiré pour cet article : 10 différences entre facebook et Twitter

 

 

ainsi que les sites suivants :

Facebook et Twitter bannis de la télévision

Journal du Net : les tweets geolocalisés

Blog d’alexandre Le danff : Twittter et la télévision

Twitter fait désormais payer 120.000 $ par jour le « promoted trend » (tendance sponsorisée)

L’histoire de la publicité sur Twitter en une image

Twitter a 5 ans et plus de 200 millions d’utilisateurs

Article rédigé par : Jean Philippe Wozniak – cabinet Advisia-Conseil // conseils et stratégie e marketing // Lille